Qui est Jésus pour moi ? Mat 1 : 18-25

dimanche 14 décembre 2014
par  Steve BARNES
popularité : 6%

-* Date du message : 14 décembre 2014
  • Sujet : Qui est Jésus
  • Texte : Matthieu chapitre 1 versets 18 à 25 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 38.1 Mo

Qui est Jésus ?
Noël 2014
Mat 1 :18-25

Que Jésus soit venu est indéniable. En quoi est-il différents de ceux qui l’ont précédé ou de ceux qui l’ont suivi ? Un premier indice nous est suggéré par les circonstances de sa naissance. Mais nous voulons nous attarder sur l’appellation qui lui est donné par l’ange venu de Dieu. Nous allons nous limiter aux noms qui lui sont donnés dans ce passage : "Emmanuel", Dieu avec nous et "Jésus" le sauveur.

1. Emmanuel, Dieu avec nous

Les représentations artistiques, musicales, cinématographiques ou théâtrales sont forcément limitées aux faits historiques et soumises à l’interprétation et l’imagination du producteur. Il y a une dimension qui est difficilement retransmisse, c’est justement sa déité et le fait qu’il soit le Sauveur du monde.

La dimension prophétique de la promesse faite à Esaïe qui nous est rappelée par l’Evangéliste Matthieu nous apporte une information qui ne peut nous être communiquée que par la parole. La parole révélée au prophète est ainsi conçue : « Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous » (Mat 1 :23). Le fils aîné de Marie est certes mâle et il est né à Bethlehem mais il est aussi, à sa naissance « Dieu avec nous ». Le nouveau-né de l’étable de l’hôtellerie ne pourrait pas avoir reçu sa déité de sa mère car elle n’avait aucune dimension divine qui la distinguait. L’intervention du Saint Esprit dans la naissance de Jésus n’explique pas uniquement l’aspect miraculeux de sa conception mais crée cette condition unique parmi les humains : « Dieu avec nous ». L’apôtre Jean soutient cette déclaration lorsqu’il commence son évangile en disant : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu ». Il ajoute plus loin : « la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jn 1 :1, 14). Ce bébé était l’incarnation de Dieu, du Logos (Verbe), l’incarnation du Dieu Absolu. Notons que les mages venus d’Orient ont adoré l’enfant, ils ne se sont pas seulement prosternés devant un roi (Mat 2:11).

Qui est Jésus pour nous ce matin, est-il seulement l’enfant Jésus, le fils de Marie ? Il nous a été proposé par Dieu comme la personne même de Dieu « emballée » dans un corps humain. Ne nous attardons pas sur l’emballage mais sur le cadeau qu’il contient, « Dieu avec nous  ». Dieu a toujours voulu être parmi son peuple depuis la création, avec les patriarches d’Israël, au Mont Sinaï et dans l’Eglise, et cela malgré la présence du péché. A la fin, il viendra nous chercher pour que nous soyons avec Lui.
.
2. Jésus, le sauveur

Le nom de Jésus avait été donné à son père adoptif lors d’un songe. Un ange lui est apparu en songe et lui a annoncé que sa fiancée Marie était enceinte par la vertu du Saint Esprit, d’où l’explication de son état. L’ange lui avait aussi dit : « l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus  » (Mat 1 : 20-21). Le nom de "Jésus" était un nom courant en Israël car c’était le nom d’un personnage important de leur histoire, c’était le nom de celui qui les avait permis de prendre possession de la terre promise, Josué. Mais ce n’est pas pour cette raison que ce nom est donné au premier fils de Marie. Cet enfant, né à Bethlehem, est le personnage clé du plan de Dieu pour le salut de son peuple. L’ange souligne l’importance du choix du nom car « c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mat 1 :21).

C’est dans le contexte de l’Ancien Testament que nous devons comprendre l’usage de « Sauveur » dans l’Evangile de Luc. Les juifs avaient la notion que Dieu seul est le Sauveur et qu’il suscitait pour eux un sauveur lorsqu’ils étaient opprimés. Marie dit donc dans son cantique « mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur » (Luc 1:47). Comme la nation d’Israël se considérait opprimée par l’empire romain, ils espéraient que Dieu leur enverrait un sauveur. C’est ainsi que la naissance de Jésus est annoncée aux bergers des contrées de Bethlehem : « c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur  » (Lc 2 :11). Les anges annonçaient une Bonne Nouvelle. Le sauveur ne correspondait à ce que les juifs attendaient de Dieu et ils se sont sentis justifiés en le rejetant. C’est une démarche qui réclame beaucoup d’adhérents – si le Dieu de la Bible ne correspond pas aux attentes, l’homme a la possibilité de le bouder, de l’ignorer, de me fâcher avec lui et même de le rejeter. Il faudra quand même un jour être confronté à Jésus.

Ce qui est extraordinaire est le fait que le sauveur, Jésus, que Dieu a suscité à Israël (Act 13 :23) ; celui qu’ils ont mis à mort, Dieu l’a ressuscité et il « l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés » (Act 5:31). Dieu avait en vue plus qu’un libérateur dans le sens de l’époque des juges d’Israël (Jug 3 : 9, 15, 31), il leur envoyait un sauveur qui pouvait les délivrer de leurs péchés. Les habitants de Sychar, après avoir écouté l’enseignement de Jésus pendant deux jours, disent de lui : « nous croyons ; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde  » (Jn 4 : 42).

Actuellement, Dieu le Père et Jésus son fils sont « notre sauveur » ("Dieu qui a manifesté sa parole en son temps par la prédication qui m’a été confiée d’après l’ordre de Dieu notre Sauveur, à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi : que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur !" – Tit 1 : 3, 4). Jésus est le Sauveur de l’église ("Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur" – Eph 5 :23). Lorsqu’il viendra nous prendre ce sera en tant que notre sauveur (Phil 3 :20). Le sauveur suscité par Dieu et annoncé aux bergers était un sauveur qui délivre du péché, qui conduit l’église et qui l’enlève vers la gloire. Jésus le sauveur du monde, est-il le vôtre ?


Documents joints

MP3 - 47.6 Mo
MP3 - 47.6 Mo

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur