Rendez grâce en toutes choses - 1Thessaloniciens 5:18

dimanche 12 avril 2015
par  Steve BARNES
popularité : 95%

  • Date du message : 12 avril 2015
  • Sujet : "Rendez-grâce en toutes choses" (1)
  • Texte : 1Thessaloniciens chapitre 5 verset 18 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 43.8 Mo

Rendez grâce en toutes choses
1Thess 5 : 18
Série : 1Thessaloniciens

Les graines de Satan : On raconte l’histoire d’un homme qui a trouvé le dépôt où Satan conserve les mauvaises graines qu’il sème dans les cœurs des hommes : la jalousie, gourmandise, la colère, la haine, la passion charnelle, etc. L’homme a remarqué que Satan avait un plus gros stock de graines du découragement. Il apprit que ces graines, plus que toutes les autres, pouvaient prendre racine dans presque n’importe quel cœur. Quand Satan fut interrogé, il eu du mal à admettre qu’il y avait une sorte de cœur où ses graines ne prenaient pas. « Dans quelle sorte ? » demanda l’homme. Satan répondit : « Dans le cœur d’une personne reconnaissante ».

Notre culture est en train de perdre cette expression de politesse qui consiste à dire « Merci ». Ce qui est plus grave encore est lorsque les chrétiens pensent que lorsque Dieu pourvoit il ne fait que son devoir. C’est une chose que les gens à qui l’on dit « merci » répondent « c’est normal » mais c’est autre chose que je trouve normal qu’on me rende service. L’athée est vraiment démuni quand il a un sentiment de reconnaissance, tout ce qu’il peut dire est « la chance m’a souri ».

I. Une attitude

Ce qui reste curieux est que d’une part l’Esprit a inspiré Paul à dire que remercier est la volonté de Dieu pour le chrétien et que d’autre part l’action de grâce ne paraisse pas dans la prière modèle donnée par Jésus à ses disciples (Mat 6 : 9-13). Ou peut-être que nous cherchons les mots alors que lui à voulu que la prière toute entière soit exprimée dans un esprit de gratitude à Dieu. Le remerciement est mieux exprimé par l’attitude et les actes que par les paroles. Mais si la pensée est dans le cœur autant l’exprimer.

II. Une reconnaissance

L’action de grâce est une reconnaissance de l’auteur de la chose pour laquelle nous voulons exprimer notre gratitude. La gratitude et la plainte ne peuvent coexister, le premier cesse quand le second apparaît dans la pensée. L’action de grâce est une attitude qui distingue l’enfant de Dieu de ceux qui ne reconnaissent pas Dieu. Quand Paul s’adresse aux Romains dans son épître, parlant de ceux qui ont refusé de reconnaître l’existence de Dieu malgré sa révélation générale dans la création, il dit : « ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces » (Rom 1 : 21). La suite du verset indique que les conséquences du refus de reconnaître Dieu et de lui attribuer les droits d’auteur, sont une dégérescence commençant dans la pensée et allant jusqu’au physique en passant par les sentiments. Celui qui refuse ou même qui cesse de rendre grâce à Dieu par négligence, doit s’attendre à une dégradation progressive de sa vision globale de la vie et ce qu’elle renferme.

III. Une bonne habitude

La lettre de Paul contient ce trio d’exhortations qui forment un ensemble où l’absence de l’un fait apparaître une fausse note : « Soyez toujours joyeux », « Priez sans cesse » et « Rendez grâce en toutes choses ». Sans gratitude de cœur il est impossible d’être toujours joyeux. Il y a toujours moyen de rendre grâce à Dieu (Plutôt que de se lamenter de ce que vous n’avez pas reçu, soyez reconnaissance que Dieu ne vous a pas donné ce que vous devriez recevoir). Souvenons-nous encore que l’épître s’adresse à de nouveaux chrétiens qui viennent de traverser une période de rude persécution. Non seulement est-ce qu’ils doivent se réjouirent plutôt que de s’apitoyer, prier plutôt que de s’inquiéter mais en plus rendre grâce pour tout (« pas » en grec qui signifie « tout »). La traduction Second comme plusieurs autres ont opté pour « Rendez grâce en toutes choses » et d’autres ont choisi « Rendez grâce en toutes circonstances ». Chaque traduction est possible et les deux ensembles rendent tout le sens.

Notre Seigneur recherche cette reconnaissance. La guérison des dix lépreux est un exemple frappant. Le Seigneur est étonné, voire même déçu de ne voir qu’un seul homme revenir pour rendre grâce. Le Samaritain était revenu pour rendre grâce à Jésus pour sa guérison et Jésus dit : « Les dix n’ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ? » (Luc 17-17). C’est donc réellement la volonté de Dieu qu’on lui remercie pour ses interventions dans notre vie. Jésus lui-même à rendu grâce au Père pour les 5 pains et 2 poissons qu’il avait alors que, devant lui, se tenaient 5000 hommes plus les femmes et les enfants qui avaient faim (Mc 6 : 41). Dans la chambre haute, Jésus a rendu grâce pour le pain et la coupe, tout en sachant pertinemment, ce que chaque élément représentait comme souffrance pour lui (Mat 6 : 26-27).

IV. Une expression de confiance

L’action de grâce n’est pas seulement une reconnaissance de Dieu mais aussi une expression de notre confiance en lui. Comment pourrait-on remercier notre Père céleste pour toutes choses en toutes circonstances si on n’a pas, au préalable, une profonde confiance que tout ce qui fait, permet ou refuse, est pour notre bien. C’est à cause de notre confiance en Dieu que nous exprimons des actions de grâce lorsque nous prions (Phil 4 : 6). C’est au sein de la détresse que David déclare : « Moi, j’ai confiance en ta bonté » (Ps 13 : 6). Brennan Manning dans son ouvrage intitulé « Une Confiance Impitoyable » écrit : « Marcher dans la reconnaissance est en soi un mode de vie. Cela consiste à savoir accepter tout ce qui nous arrive, prêter attention à ce qui nous entoure, faire en sorte que notre reconnaissance soit contagieuse et admettre que Dieu au centre de tout ce qui se produit dans notre vie. » Nous devons remercier Dieu avant de recevoir de lui .

V. Un moyen d’édification

L’action de grâce est un moyen d’édification. L’apôtre Paul souligne ce fait en traitant de l’importance que les dons spirituels soient pour l’édification de l’église (1Cor 14 : 12-17). Si le frère qui écoute ne peut pas comprendre les actions de grâce, il n’est pas édifié. Imaginer et croire que de belles choses sont dites ne suffit nullement. Or nous savons que toute manifestation d’un don spirituel est pour l’utilité commune (1Cor 12 : 7). Je souligne en passant que Dieu n’a pas besoin que dans une réunion de témoignage, on lui attribut ce qu’il n’a pas fait, pour le faire bien voir (nous faire bien voir). Les actions de grâce du pharisien n’avait aucune valeur pour Dieu tandis que le publicain est rentré chez lui justifié (Luc 18 : 10-14). Dieu veut du vrai.

VI. Une affirmation

La volonté de Dieu est que nous lui exprimions notre reconnaissance pour ce qu’il est pour nous, ainsi que pour toute l’œuvre qu’il accompli en notre faveur. Il veut surtout entendre des actions de grâce dans l’église (Eph 5 : 3-4). Voir aussi Eph 5 : 18-20. Laissons agir Dieu dans notre vie afin que même si, pour nous, il s’agit d’une épreuve, elle provoque chez les autres des actions de grâce (2Cor 4 : 15). Notre libéralité pour Dieu produit chez ceux qui en jouissent des actions de grâce (2Cor 9 : 11, 12).

« Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus–Christ

 » (1Thes 5 : 18).


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur