Marcher de progrès en progrès

lundi 16 février 2015
par  Steve BARNES
popularité : 5%

-* Date du message : 15 février 2015 2015
  • Sujet : Marcher de progrès en progrès
  • Texte : 1Thessaloniciens 4:1-2 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 39.5 Mo

Marcher de progrès en progrès
1Thes 4 : 1-2
Série : 1Thessalonociens
SDN190709

Nous voulons réaffirmer que le salut que nous avons en Jésus Christ s’obtient par la foi (Eph 2 : 8). Il est essentiel que chaque personne voie son état de pécheur, qu’elle reconnaisse que Jésus est mort sur la croix du Calvaire pour ses (nos) péchés et qu’elle demande à Dieu de lui attribuer l’expiation obtenue par son Fils. Une réelle compréhension de ce que Dieu a entrepris en sa faveur doit inéluctablement produire chez le bénéficiaire de cette grâce un changement de vie. La prière de Paul pour les Thessaloniciens est qu’ils soient trouvés irréprochables lors de l’avènement de notre Seigneur (1Thes 3 : 13).

J’ai lu cette illustration dans un des ouvrages de l’auteur Jim Berg (Created in His image).
Un propriétaire d’une grande société voit au travers de son pare-brise une jeune fille en train d’être sévèrement grondée. Elle a toute les apparences d’une prostituée et il serait son proxénète. Ce PDG a compassion pour cette fille et voudrait l’extraire de ce milieu. Il ne peut pas la marier sans mettre en péril sa famille. Il en parle à son fils qui se propose de la marier. Le fils part à sa recherche dans les bas fonds de la ville et entre dans tous les cabarets et les boîtes de nuit à la recherche de cette fille. Quand il la trouve il lui parle de son désir de payer toutes ses dettes et tout ce qu’elle doit au proxénète, et ensuite de la marier. Elle a du mal à croire ce qu’elle entend surtout parce qu’on ne lui demande rien en retour. Elle a une possibilité de sortir de cet engrenage dans lequel elle s’est mise. Elle doit croire à ce que dit ce jeune homme et choisir. Le Père et le Fils aurait travaillé ensembles pour sauver cette fille. Non seulement doit-elle accepter ce qu’offre ce fils mais ensuite vivre la vie qui correspond à son nouveau statut d’épouse de l’héritier de cette société.

Si elle accepte la proposition du fils, pourra-t-elle retourner dans ce milieu duquel elle a été délivrée ? C’est exactement ce que Dieu a fait pour nous. Nous devons apprendre à marcher dans cette vie nouvelle que le Père nous a acquise.

Souvenons-nous que ce n’est qu’après avoir fait sortir le peuple de l’Egypte et les avoir fait traverser la Mer Rouge qu’il leur a parlé de commandements à suivre. Ce n’est pas parce qu’ils ont gardé les dix commandements ou parce qu’ils avaient exprimé un sincère désir de mettre en pratique le décalogue que Dieu les a délivré de l’esclavage. Dieu nous sauve entièrement à ses frais et uniquement selon sa propre initiative. C’est après avoir racheté (« Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude » - Ex 20 : 2) qu’il trouve normale de suggérer un nouveau mode de vie (Deut 5 : 6 à 21 et 7 : 14 à 15).

Les chrétiens de Thessalonique avaient reçu tous les éléments essentiels à la vie nouvelle en Christ. Ils avaient été mis à l’épreuve et l’avaient brillamment traversée. La tendance serait de rester au statut quo spirituel. C’est exactement cela que Paul veut prévenir. Dans la vie chrétienne, celui qui ne progresse plus rétrograde, il est à la dérive, à la merci des courants. Paul dit : « vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et c’est là ce que vous faites » (1Thes 4 : 1). Ce qu’ils font est très bien mais ils ne doivent pas se complaire dans l’état dans lequel ils se trouvent. L’attitude de Paul est exprimée aux Philippiens (« Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus–Christ » - Phil 3 : 12s).

C’est d’une manière affectueuse et paternelle que l’apôtre encourage les frères et sœurs de Thessalonique à aller de progrès en progrès. Il emploi les verbes « prier » et « conjurer » pour exprimer l’importance qu’il en donne et pour respecter la liberté qu’ils ont en Christ. Il les conjure au nom du Seigneur Jésus Christ. Cette personne, le Seigneur Jésus Christ, qu’il invoque n’a de valeur que pour les vrais enfants de Dieu. Ce progrès viendra avec une meilleure connaissance de Dieu plus qu’une meilleure connaissance de la Bible (« … pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu » - Col 1 : 10). John McArthur écrit : « Si l’acquisition de plus d’informations sur la Bible et la participation à d’autres activités spirituelles – prier, témoigner, servir – ne sont as liées au désir de mieux connaître Dieu, elles n’entraîneront pas de croissance spirituelle chez ceux qui croient en Christ » (Les Epîtres de Paul page 1670). L’aspiration de Paul était de connaître Dieu dans toutes ses dimensions (Phil 3 : 10). Cette connaissance de Dieu le Véritable est possible par Jésus Christ (« Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus–Christ. C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle » - 1 Jn 5:20).

L’apôtre Jean souligne trois étapes de croissance dans son épître : (1Jn 2 : 12-14)

1)  » Petits enfants  : Ceux qui savent que leurs péchés sont pardonnés
Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom.

Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père.

2) Jeunes gens  : Ceux qui connaissent la doctrine et qui sont forts pour résister aux mensonges de Satan.
Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin.
Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.

3) Pères  : Ils connaissent Dieu qui est dès le commencement. Leur connaissance s’est accrue avec le temps.
Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement.
Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement.

C’est ce que signifie « aller de progrès en progrès dans notre relation avec Dieu ». Cette croissance trouvera son expression dans notre vie quotidienne dans l’épreuve comme dans la bénédiction (« Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance » - Phil 4:12). Les Thessaloniciens avaient appris à vivre dans l’humiliation, ils doivent maintenant apprendre à vivre dans l’abondance, ce qui est plus difficile surtout si ce temps devient long.

Notons que « comment le chrétien doit se conduire » et « plaire à Dieu » vont ensembles. L’une des premières choses que doit comprendre l’enfant de Dieu est qu’il ne vit plus pour lui-même mais qu’il cherche à plaire à Dieu dans toute sa conduite. Nous ne pouvons pas être des enfants de Dieu qu’à moitié. En français, nous avons des demi-frères et des demi-sœurs mais que je ne le sache, il n’y a pas de « demi-fils ».

Paul dit : « … c’est là ce que vous faites, … Vous savez, en effet, quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus » (1Thes 4 : 1, 2).

L’enseignement des préceptes de Dieu est une partie de la mission que Jésus à donnée aux disciples avant son ascension (« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint–Esprit, et enseignez–leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » - Mat 28 : 19-20). En vivant dans l’obéissance de ce qu’ils ont déjà appris, ils deviennent progressivement plus en plus semblables à Christ. Ils sont sur la voie de la sanctification progressive. Et ce que Dieu veut est leur sanctification (1Thes 4 : 3). Il est important pour chaque enfant de Dieu de pouvoir distinguer entre les prescriptions du Seigneur, des points sur lesquels il ne doit y avoir aucune discussion, et les pratiques qui harmonisent l’enseignement et l’esprit de l’évangile avec le contexte (culture, traditions) dans lequel vit le chrétien. Ces dernières pourraient être différentes d’un pays à l’autre ou d’une région à l’autre.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur